Le manque de sommeil fait vieillir plus rapidement

De nombreuses études ont permis d’élaborer les conseils de bien-être qui abordent notamment l’importance d’un bon sommeil dans la vie de l’homme. Ce même thème est par ailleurs soumis à plusieurs autres analyses qui permettent d’inclure le manque de sommeil aux causes potentielles d’une vieillesse prématurée. Bien au-delà de toute idée préconçue, il s’agit avant tout d’un fait biologique dont vous cernez la logique dans les lignes à suivre.

Le manque de sommeil et le déclin cognitif

La question fut d’abord mise en évidence avec des sujets de 55 ans dont l’activité cérébrale fut étudiée par imagerie médicale. En observation, on note que déclin cognitif des sujets en manque de sommeil s’avèrent considérablement plus accéléré que celui des individus en suffisance de repos. La conclusion devient donc évidente. Une bonne nuit de sommeil reste d’autant plus importante que chaque heure que vous y passez.

A découvrir également : C'est quoi une grippe musculaire ?

La remarque faite des analyses à ce sujet est que chaque heure engagée dans le sommeil équivaut à 0.67 % des capacités cognitives en moins ce qui est considérable !

Ils parviennent également à s’arrêter sur l’idée selon laquelle le manque de sommeil chez les personnes âgées serait à l’origine de certaines affections neuronales comme l’Alzheimer.

A voir aussi : C'est quoi une bactérie dans l'estomac ?

En réalité, l’insuffisance de repos fait élargir certains vaisseaux du sang dans le cerveau. Cela affecte directement la pression sanguine cérébrale entraînant sa diminution et donc l’amenuisement progressive des fonctions cognitives.

Le manque de sommeil et le cycle cellulaire

En interprétation biologique, le phénomène de la vieillesse fait parfois référence à la dégradation progressive des cellules proportionnellement à la prise de l’âge. Cette question fut mise en exergue à partir d’un échantillon de 29 sujets mâles à 48 % dont les âges varient entre 61 et 86 ans.

Ces derniers sont soumis à une privation partielle de repos pour quatre nuits (interruption ou restriction du sommeil entre 3 et 7 h sans possibilité de récupération). On procède ensuite à un prélèvement sanguin tous les matins pendant la période de test pour évaluer les capacités du système immunitaire à lutter pour l’organisme.

Il en résulte qu’une nuit de sommeil réduit suffisait à amplifier les dommages qui font obstacle au bon déroulement du cycle cellulaire. Ces dégâts causés aux cellules sont à l’origine de la dégradation des organes dont la conséquence directe est le vieillissement.

Il n’est pas seulement question d’une affirmation simple, mais d’une vérité générale ; le manque de sommeil fait partie des multiples causes au vieillissement prématuré. Cela doit donc vous amener à réétudier la question de votre bien-être personnel pour un meilleur train de vie.

à voir