Zoom sur l’emploi territorial dans le Finistère : opportunités et perspectives

Le Finistère, département breton riche en histoire et en paysages maritimes, connaît une dynamique particulière sur le marché de l’emploi territorial. Alors que certaines régions peinent à attirer de nouveaux talents, le Finistère mise sur ses atouts naturels et culturels pour séduire les chercheurs d’emploi. Les collectivités locales jouent un rôle fondamental, proposant des postes variés allant des services techniques à l’administration publique.

Cette région se distingue aussi par des initiatives innovantes visant à revitaliser les zones rurales. L’accent est mis sur le développement durable, le numérique et le soutien aux petites entreprises locales. Ces efforts créent ainsi un terreau fertile pour des opportunités professionnelles diversifiées et prometteuses.

A lire aussi : Qui est Leonard François, le père de Naomi Osaka ?

Le marché de l’emploi territorial dans le Finistère : état des lieux

Le Finistère, ancré au cœur de la Bretagne, se distingue par une gestion territoriale dynamique. En 2022, les offres d’emploi territorial ont augmenté de 8 % par rapport à 2021, témoignant d’une vitalité accrue. Cette augmentation s’explique par plusieurs facteurs, dont une hausse de 16 % des déclarations de vacance d’emploi et une croissance de 24 % des mobilités internes. Ces chiffres traduisent un besoin constant de renouvellement et d’adaptation des compétences au sein des collectivités locales.

Les principaux recruteurs

  • EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale) : acteurs majeurs dans le recrutement, ils centralisent une partie significative des offres d’emploi.
  • Communes : elles jouent un rôle essentiel en proposant de nombreuses opportunités, notamment dans les services de proximité.
  • Conseils départementaux : en charge de la gestion de services publics variés, ils offrent des postes dans des domaines tels que l’action sociale et la gestion des infrastructures.

Les tendances marquantes

La Bretagne se distingue par une augmentation de 82 % des offres d’emploi entre 2015 et 2020. Plus récemment, le premier semestre 2022 a vu une croissance de 20 % des offres liées aux mutations vers une autre collectivité. Parmi les offres, 84 % concernent des postes à temps complet, soulignant une demande pour des engagements à long terme.

A lire également : Rappeur : Soprano (Psy 4 de la rime) vit à Marseille

Le Finistère, avec ses territoires diversifiés comme le pays de Brest et la Cornouaille, reflète cette dynamique régionale. La mutualisation des services et l’innovation dans les pratiques de gestion des ressources humaines contribuent à cette évolution positive. Les agents territoriaux bénéficient ainsi de perspectives de mobilité et de carrière enrichissantes.

Les secteurs porteurs et les métiers en demande

Les tendances actuelles de l’emploi territorial dans le Finistère révèlent plusieurs secteurs en forte demande. Les métiers liés à l’action sociale, à la gestion des infrastructures et à l’urbanisme sont particulièrement recherchés. En 2022, le secteur de l’action sociale représente 15 % des offres d’emploi, soulignant une nécessité accrue de renforcer les équipes dédiées aux services à la personne et à l’accompagnement des populations vulnérables.

L’urbanisme et la gestion des infrastructures connaissent aussi une hausse notable des offres. Les postes d’ingénieurs territoriaux, de techniciens en voirie et réseaux divers (VRD) et de chargés de mission en développement durable sont parmi les plus sollicités. Ces métiers, essentiels pour l’aménagement du territoire, répondent aux défis écologiques et aux besoins de modernisation des infrastructures locales.

Les métiers en tension

  • Les agents spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) : indispensables pour le bon fonctionnement des établissements scolaires, ils sont de plus en plus difficiles à recruter.
  • Les agents d’entretien et de restauration : essentiels pour garantir l’hygiène et la qualité des services de cantine dans les écoles et les structures publiques.
  • Les animateurs socio-culturels : leur rôle dans l’animation des quartiers et la cohésion sociale est fondamental, mais les candidatures se font rares.

Les départs à la retraite, en augmentation de 28 % entre 2016 et 2020, accentuent ces tensions. Ce contexte pousse les collectivités à adapter leurs stratégies de recrutement, notamment en favorisant la mobilité interne et en développant des partenariats avec les centres de gestion (CDG) pour optimiser la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

La mutualisation des services, quant à elle, apparaît comme une réponse efficace. En partageant leurs ressources humaines, les collectivités peuvent mieux répondre aux besoins croissants et aux contraintes budgétaires.

emploi territorial

Perspectives et initiatives pour dynamiser l’emploi territorial

Dans le Finistère, les perspectives d’emploi territorial se diversifient grâce à des initiatives innovantes. Le centre de gestion (CDG) joue un rôle central en lançant des projets comme DEN. bzh, un portail facilitant le recrutement et la gestion des ressources humaines. Ce portail permet de centraliser les offres, simplifier les démarches pour les candidats et optimiser la gestion des candidatures.

Les collectivités locales, quant à elles, s’efforcent de renforcer l’attractivité des métiers territoriaux. Elles mettent en avant des avantages comme la stabilité de l’emploi et les possibilités de mobilité interne. Les campagnes de sensibilisation dans les écoles et les forums de l’emploi visent à attirer les jeunes talents vers les carrières publiques.

Formations et accompagnements spécifiques

Pour pallier les difficultés de recrutement, les collectivités misent sur la formation continue et l’accompagnement. Les agents peuvent bénéficier de programmes spécifiques pour développer leurs compétences :

  • Formations en management pour les futurs cadres territoriaux.
  • Certifications professionnelles dans des domaines techniques.
  • Ateliers de préparation aux concours de la fonction publique territoriale.

Ces initiatives visent à garantir une montée en compétences des agents, tout en répondant aux besoins spécifiques des territoires. France Travail, de son côté, mesure la pertinence des candidats présélectionnés, permettant ainsi de mieux cibler les recrutements et d’améliorer l’adéquation entre l’offre et la demande d’emploi.

La mutualisation des services demeure une stratégie clé. En partageant les ressources et en coordonnant les actions, les collectivités peuvent optimiser l’utilisation des compétences disponibles et répondre plus efficacement aux exigences locales.

à voir