Surpoids ou obésité : quelles différences ?

Le surpoids et l’obésité correspondent tous les deux à un excédent de masse corporelle. Ils sont principalement dus à l’ingestion d’aliments trop riches en calories et à un manque d’activité physique. Il ne s’agit cependant pas de la même maladie. Bien qu’ils aient à peu près les mêmes symptômes, ils se différencient au niveau de certains points.

Qu’est-ce qui différencie le surpoids de l’obésité ?

Le surpoids et l’obésité sont une accumulation excessive de graisse dans le corps. Considérés comme des maladies chroniques de la nutrition, ils peuvent gravement nuire à votre bien-être physique et mental. Il est donc important de les soigner, afin de préserver votre santé.

Lire également : L'art du vapotage : techniques, conseils et bienfaits

La question que vous devez vous poser est la suivante : souffrez-vous réellement d’obésité, ou s’agit-il d’un problème de surpoids ? Il y a une différence entre ces deux termes, malgré les similitudes de leurs symptômes. Cette différence se situe au niveau du poids, et principalement, de l’indice de masse corporelle. Les traitements préconisés par le médecin seront donc différents, selon que vous souffriez d’obésité ou de surpoids.

différence obésité et surpoids

A voir aussi : Les avantages des aliments riches en antioxydants

Comment savoir si vous êtes en surpoids ou obèse ?

Le surpoids et l’obésité sont déterminés à partir d’une donnée chiffrée appelée « Indice de masse corporelle » ou IMC. Ce chiffre indique la corpulence globale d’un individu et permet de situer son statut pondéral par rapport à la normalité.

Pour savoir si vous êtes en surpoids ou obèse, vous devez donc mesurer votre IMC. Celui-ci se calcule à partir de votre taille et de votre poids, en suivant la formule suivante : IMC = poids en kg/taille² (en m). Vous pouvez également vous servir d’un outil de calcul de l’IMC proposé sur internet pour définir votre masse corporelle.

Selon la classification de l’OMS, l’IMC indique une insuffisance pondérale (sous poids) s’il est inférieur ou égal à 18,5 kg/m². Lorsqu’il est situé entre 18,5 et 25 kg/m², la corpulence est normale. Un individu est donc considéré comme en surpoids s’il affiche un IMC supérieur à 25 kg/m². Au-delà de 30, on parle d’obésité.

Voici un tableau récapitulatif de l’IMC :

IMC

INTERPRÉTATION

= ou < 18,5

En sous-poids

= ou > 18,5 et < 25

Normal

= ou > 25 et < 30

En surpoids

= ou > 30

Obèse

On distingue également 3 types d’obésité différents : modérée, sévère et morbide.

Surpoids et obésité : quels sont les causes et facteurs de risques ?

L’obésité résulte d’une alimentation trop calorique et d’une activité physique faible ou inexistante. De ce fait, les apports et dépenses énergétiques ne sont pas équilibrés. Les réserves stockées dans le tissu graisseux s’accumulent et deviennent donc un excédent de masse corporelle.

Concrètement, qu’est-ce qui pousse une personne à trop manger ? Le déséquilibre des apports et des dépenses énergétiques est dû à de nombreux facteurs biologiques, sociaux et environnementaux. Il peut résulter d’une situation économique ou sociale faible, d’une pratique sportive insuffisante, de la sédentarité ou encore des antécédents familiaux (facteurs génétiques).

Ce ne sont cependant pas les seuls facteurs de risque liés au surpoids. La prise de poids peut également être causée par un traumatisme vécu dans l’enfance, comme la perte d’un être cher, le divorce des parents, un abus sexuel, etc. Dans ces cas-là, se nourrir devient un besoin nécessaire pour oublier les problèmes, et combler un vide affectif.

La Haute Autorité de Santé recense également d’autres causes de l’obésité, telles que l’arrêt du tabac, l’alcool, la prise de certains médicaments et le stress au travail. Ce sont tous ces facteurs qui favorisent la prise de poids, en incitant la personne concernée à manger davantage d’aliments caloriques.

Les risques liés à l’obésité et au surpoids

L’obésité est une maladie chronique aux multiples conséquences. Elle entraîne de nombreux troubles de la santé, et est responsable de souffrance psychique chez certaines personnes. Ce qui est réellement préoccupant, c’est le fait qu’elle est responsable de nombreux décès dans le monde. Cette maladie réduit considérablement l’espérance de vie.

Le diabète de type 2

Chez les personnes obèses, l’insuline n’a plus la capacité de faire entrer le glucose dans les cellules, et de stopper la production de ce nutriment par le foie. Cette résistance à l’insuline entraîne une augmentation de la concentration du taux de glycémie dans le sang (hyperglycémie), et donc un diabète. Pour rappel, l’insuline est produite naturellement par le pancréas. Cette hormone joue un rôle prépondérant dans l’organisme, car il maintient la glycémie à des valeurs normales.

L’hypertension artérielle

Selon les professionnels de la santé, l’obésité et le surpoids accroissent le risque d’hypertension artérielle. L’excès de graisse favorise la résistance vasculaire, ce qui oblige le cœur à travailler plus pour pomper le sang. Cela demande un effort soutenu qui augmente la tension artérielle.

Les maladies cardiovasculaires

Vous avez sans doute remarqué que les personnes en surpoids avaient plus de mal à marcher et qu’elles s’essoufflaient rapidement. Cela est dû à l’excès de poids qui fatigue énormément le corps. À cause de la graisse, les capacités du cœur et l’entraînement dont il a besoin pour fonctionner sont également réduits.

L’obésité est également associée à de nombreuses pathologies, telles que le syndrome d’hypoventilation-obésité, la maladie rénale chronique, les maladies respiratoires (syndrome d’apnée du sommeil) et bien d’autres. Elle augmenterait aussi le risque de cancer, en particulier du sein, du foie, du colon et de l’ovaire.

Les risques de l’obésité chez l’enfant et l’adolescent

En France, l’obésité touche de plus en plus d’enfants et d’adolescents (les jeunes de moins de 18 ans), selon une enquête menée par l’OMS. Cette pathologie n’est pourtant pas sans conséquences sur leur santé. La prise de poids excessive peut engendrer des problèmes respiratoires, des troubles d’insuffisances veineuses cutanées, des problèmes articulaires, comme l’arthrose (en raison de la surcharge des os) et un reflux gastro-œsophagien chez les jeunes adultes.

Il ne faut pas non plus oublier le retentissement psychosocial de l’obésité chez les lycéens, surtout dans un milieu où le culte de la minceur est populaire.

Les conséquences psychologiques de l’obésité

De nombreuses personnes souffrant d’obésité se sont vues attribuer des surnoms dégradants. Une simple blague pour certains, mais pour d’autres, c’est une blessure qui ne se refermera jamais. Que ce soit à l’école, dans la rue ou au travail, les personnes obèses souffrent de multiples moqueries et discriminations, en raison de leur poids excessif.

Un fait tout aussi réel dans la cour de récré que dans le monde des adultes. Cette stigmatisation à l’égard des personnes en surpoids a pourtant des conséquences néfastes sur leur santé mentale : manque d’estime et de confiance en soi, frustration, sentiment d’impuissance, troubles émotionnels, etc.

Comment prévenir et traiter l’obésité ?

La meilleure manière de prévenir l’obésité, c’est d’adopter une alimentation équilibrée et de pratiquer des exercices physiques réguliers. Pour cela, mangez trois repas par jour, allez à la salle de gym, déplacez-vous à pied, et limitez le temps passé devant l’écran. Ayez des habitudes de vie favorables à votre santé.

Pour traiter l’obésité, une prise en charge par des spécialistes de la santé et de la nutrition peut être nécessaire. Ceux-ci proposeront un programme d’activité physique adapté et un suivi diététique, pour équilibrer votre rythme alimentaire. Parfois, l’intervention d’un psychiatre ou d’un psychologue s’avère également nécessaire pour soigner les troubles du comportement alimentaire. Enfin, des traitements médicamenteux et chirurgicaux, comme la pose de ballon gastrique, peuvent être proposés en cas d’obésité sévère.

à voir